Comment obtenir une réadmission à la faculté de droit après un licenciement académique Il va sans dire que se faire renvoyer de la faculté de droit peut être une expérience humiliante. Quelles que soient les circonstances qui ont causé votre licenciement, qu’il s’agisse d’une urgence de vie inattendue qui vous a jeté hors de cours ou simplement d’un manque de préparation, se faire licencier est nul. Malheureusement, le pire au sujet du licenciement n’est pas l’embarras auquel vous pourriez être confronté, mais plutôt le manque d’informations sur la façon de vous réinscrire à la faculté de droit. À part quelques articles vagues sur les politiques de réadmission, il n’y a pas beaucoup d’informations sur les mesures pratiques que vous pouvez prendre pour obtenir une réadmission. Vous lisez donc ce post dans l’espoir de trouver des réponses à cette question. Compte tenu du manque d’informations, je ne sais pas si j’ai la capacité de rendre justice à ce sujet. Cependant, je ferai de mon mieux pour démystifier ce problème et vous rapprocher au moins d’un pas de plus pour vous remettre sur la bonne voie pour atteindre ce J.D. que vous convoitez.

Alors, quelle est la première chose à faire après avoir été licencié? Au risque de ressembler à votre professeur de droit typique, la première chose à faire est de « lire les règles! »L’American Bar Association décrit les règles que toutes les écoles devraient appliquer pour envisager la réadmission d’un étudiant après un licenciement. Selon la Norme 501 des Normes ABA:

« Une faculté de droit ne doit pas admettre ou réadmettre un étudiant qui a déjà été disqualifié pour des raisons académiques sans une preuve affirmative que la disqualification préalable n’indique pas un manque de capacité pour terminer son programme de formation juridique et être admis au barreau. »

Mais qu’est-ce que cela signifie même? Comment peut-on affirmer que son licenciement n’est pas fondé sur une incapacité à terminer sa formation juridique? J’étais tout aussi confus après avoir lu cette règle, j’ai donc examiné comment les écoles ont défini cette « démonstration affirmative ». »Bien que mes conclusions soient au mieux maigres, la Nova Southeastern law school et la Southern Methodist University law school (SMU) indiquent toutes deux qu’une démonstration de facteurs externes peut satisfaire cette exigence de démonstration affirmative.

Nova déclare qu’un étudiant qui obtient une réadmission doit inclure dans sa déclaration personnelle: « des informations qui montrent que des facteurs externes, et non un manque de capacité, ont créé un obstacle à sa réussite dans les études de droit. »

Attendu que SMU déclare qu’un étudiant qui tente d’obtenir une réadmission doit démontrer que son licenciement a été causé par une perturbation grave et imprévue qui n’était pas liée à la capacité de l’étudiant à réussir le programme d’études requis.

Donc cela nous amène à l’étape 1:

1. Facteurs externes

Si vous demandez une réadmission à la faculté de droit après un licenciement académique, vous devez démontrer que votre licenciement initial était basé sur des facteurs externes et non sur votre incapacité à gérer les cours. La faculté de droit peut parfois amener les étudiants à avoir une vision en tunnel. Il est très facile de perdre de vue que la vie continue malgré le stress de vos cours. Par conséquent, lorsque quelque chose de majeur se produit dans la vie, c’est-à-dire une maladie physique ou mentale, le décès d’un membre de la famille ou une perte financière extrême, il est très facile de se faire dérouter. Ceci est compris. Si un facteur externe est à l’origine de votre licenciement scolaire, les écoles comprendront généralement cette situation. Assurez-vous simplement d’être clair sur le problème externe qui vous a fait perdre votre concentration. Cependant, il est encore plus important de montrer au service des admissions que vous avez pris les mesures nécessaires pour réhabiliter ce problème et que vous ne le considérez plus comme un facteur inhibiteur. Nous discuterons de la réhabilitation plus en détail dans la section suivante.

Alors, que se passe-t-il si votre licenciement académique n’était pas basé sur des facteurs externes? Je ne vous mentirai pas, cela rend la réadmission beaucoup plus difficile. Cependant, une réadmission peut encore être possible, si vous pouvez prouver que vous êtes réhabilité et que vous possédez maintenant la capacité de suivre les cours de droit. Ce qui m’amène à l’étape suivante.

2. Réadaptation

Si vous avez été licencié sur la base de facteurs non externes, il sera important de prouver que pendant votre période de licenciement, vous avez été réhabilité et que vous possédez maintenant la capacité de suivre les cours de droit. Si vous tombez dans cette catégorie, il sera important de comprendre la cause profonde de votre déroute. N’étiez-vous pas assez mature à l’époque pour gérer l’environnement professionnel de la faculté de droit ou la charge de travail était-elle trop difficile? Quelle que soit la raison, je recommanderais peut-être de travailler à temps plein pendant votre période de licenciement pour montrer que vous pouvez survivre dans un environnement professionnel. Je recommanderais également peut-être d’avoir un tuteur qui pourrait vous guider à travers les cours 1L que vous avez échoué. Nous offrons un excellent service de tutorat grâce à la Boîte à outils de la Faculté de droit, alors assurez-vous de le vérifier.

Vous vous demandez peut-être maintenant quel est le bon moment pour présenter une nouvelle demande à la faculté de droit après un licenciement scolaire? Est-ce que quelques mois de rééducation suffisent ou faudra-t-il attendre quelques années? Cela m’amène à ma dernière étape:

3. Présenter une nouvelle demande dans le délai requis par l’École

Norme 505 des règles de l’ABA utilisée pour prévoir qu’un étudiant licencié en droit devrait attendre deux ans avant de demander sa réadmission à la faculté de droit. Cependant, en 2014, cette langue a été supprimée des règles. Par conséquent, pour autant que j’ai pu trouver, il semble que ce calendrier soit maintenant laissé à la discrétion d’une faculté de droit. Par conséquent, si vous avez été licencié, il est important que vous décidiez tôt dans quelle école vous souhaitez être admis lors du prochain essai. Une fois que vous en avez décidé ainsi, contactez directement cette école pour déterminer sa politique d’admission des étudiants licenciés. Il est possible que ces écoles aient encore une exigence de deux ans en place ou qu’elles aient supprimé cette exigence comme les règles de l’ABA. Quoi qu’il en soit, découvrez-le dès le début.

Si vous avez été licencié, je sais que vous traversez une période difficile. J’espère que ces conseils peuvent vous aider à vous remettre sur la bonne voie!

Vous cherchez de l’aide pour faire de votre mieux à la faculté de droit? Renseignez-vous sur nos options de tutorat en droit.