Paul enseigne que tous ceux qui sont justifiés et réconciliés avec Dieu, ont obtenu cette bénédiction par la foi et en se fiant à la grâce de Dieu (Romains 4:16, 5:1-2).

Dans cette leçon, nous allons relier cet enseignement fondamental de Paul à ce qu’il croit et enseigne concernant l’obéissance et les œuvres de justice.

1 « L’Obéissance de la Foi »

Paul commence et termine sa lettre aux Romains par un énoncé de sa mission. C’est « amener l’obéissance de la foi » (Romains 1:5, Romains l6, 26).

Paul félicite les chrétiens romains d’avoir  » obéi du cœur à cette forme de doctrine  » qu’il leur a prêchée (Romains 6:7). Cela montre clairement que Paul ne prône pas la « foi seule » (un terme que Paul n’utilise nulle part). Il prône une foi obéissante.

Bien sûr, Paul ne veut pas dire que l’obéissance mérite une justification parce que si c’était le cas, alors la justification ne serait pas par la grâce par la foi comme un don, mais serait le salaire dû qui nous est dû (Romains 4:4).

Paul dit qu’on « ne fonctionne pas, mais croit… » (Romains 4:4-5). Il signifie simplement que l’on n’essaie pas de gagner son chemin vers le ciel par ses œuvres d’obéissance. Si l’on pouvait faire cela, pourquoi aurait-on besoin d’un Rédempteur ?

Par conséquent, une personne doit obéir à Dieu dans la foi et recevoir ainsi la rédemption et la justification comme un don de Dieu. Paul souligne que si l’obéissance n’est pas de la foi, on ne sera pas justifié par cette obéissance.

Cependant Paul serait aussi le premier à dire que si la foi n’est pas obéissante, on ne sera pas justifié par cette foi. Paul n’a aucun problème à rendre l’obéissance essentielle à la justification: « Vous êtes esclaves de celui que vous obéissez, soit du péché entraînant la mort, soit de l’obéissance entraînant la justification  » (Romains 6:16).

Quand Paul parle de la foi « en dehors des œuvres » considérée comme justice (Romains 4:6), il ne signifie évidemment pas une foi dépourvue d’obéissance. Au contraire, il entend la foi comme autre chose que les œuvres, et travailler avec les œuvres (cf. Jacques 2:21-24).

Si nous devions mal comprendre Paul, et penser qu’il proposait une foi sans obéissance comme remède au péché, alors nous nous rendrions compte de notre erreur en arrivant aux passages que nous avons mentionnés précédemment, où Paul parle de « l’obéissance de la foi » (Romains 1:5, Romains l6:26).

2 La Foi d’Abraham

La justification et la réconciliation par la grâce par la foi, était un système en vigueur à l’Ère patriarcale. Le patriarche Abraham a constaté que sa foi lui donnait la bénédiction du pardon des péchés (Romains 4:3-8).

Paul passe un chapitre entier en Romains en utilisant Abraham comme paradigme ou modèle de justification par la foi. Paul nous montre que la justification par la foi n’était pas un privilège pour Abraham seulement, ou une dispense spéciale pour lui. C’était pour tous les peuples de toutes les époques, car il n’y a pas de distinction (Romains 3:22-25).

Il a toujours été vrai que « le juste vivra par la foi » (Romains 1:17, Habacuc 2:4). Cependant, lorsque nous examinons cet exemple de foi et de bénédiction d’Abraham, nous trouvons que Dieu dit à Abraham : « Dans ta postérité, toutes les nations de la terre seront bénies, parce que tu as obéi à ma voix  » (Genèse 22:17-18).

Donc clairement trois choses sont vraies:

(1) Abraham était justifié par la foi.

« Abraham a cru (avait foi en) Dieu, et cela lui a été attribué comme justice » (Romains 4:3, Genèse 15:6).

(2) Abraham était justifié par l’obéissance.

Dieu lui dit : « En ta postérité (descendant) toutes les nations de la terre seront bénies parce que tu as obéi à ma voix  » (Genèse 22:17-18).

Maintenant, Abraham s’est appuyé pour sa justification sur cette semence promise qu’est le Christ (Galates 3:16). Abraham a reçu cette promesse non seulement par la foi, mais par la foi et l’obéissance comme Dieu lui-même l’a déclaré « …parce que tu as obéi à ma voix  » (Genèse 22:17-18).

(3) Nous sommes justifiés comme Abraham.

Ceux qui « suivent les pas de la foi de notre père Abraham » (Romains 4:12) sera justifié comme Abraham par une foi semblable à celle d’Abraham — « justifié comme un don par la grâce de Dieu, par la rédemption qui est en Jésus-Christ » (Romains 3:23-24).

Si nous suivons les pas d’Abraham, nous recevrons le Christ comme il a reçu le Christ, parce que notre foi sera une foi obéissante comme la sienne. Comme Dieu lui a dit, il en sera de même pour nous: »…parce que tu as obéi à ma voix  » (Genèse 22:17-18, cf Galates 3:6-9, Galates 3:26-29).

3 La valeur des Œuvres

Les œuvres de justice que nous accomplissons par la foi sont grandement appréciées par Dieu. Paul nous le dit clairement quand il le dit…

« C’est pourquoi je vous exhorte, frères, en vue de la miséricorde de Dieu, à offrir vos corps comme des sacrifices vivants, saints et agréables à Dieu — c’est votre acte spirituel d’adoration. Ne vous conformez plus au modèle de ce monde, mais soyez transformés par le renouvellement de votre esprit. Ensuite, vous pourrez tester et approuver ce qu’est la volonté de Dieu — sa volonté bonne, agréable et parfaite. » (Romains 12:1-2 NIV).

Nous savons de cela que lorsque nous nous offrons en sacrifice à Dieu, il est heureux. Il ne considère pas nos œuvres comme un sacrifice pour les péchés, bien sûr, puisque Christ est mort pour nos péchés et que son corps était le sacrifice pour nos péchés. Néanmoins, Dieu considère la dévotion de nos corps à l’exécution de sa volonté comme un sacrifice qui lui plaît.

La foi ne vaudrait rien sans une telle obéissance. Dieu ne voit aucune valeur dans une foi dépourvue d’œuvres, pas plus qu’il ne voit de valeur dans des œuvres dépourvues de foi. C’est pourquoi, comme nous l’avons vu au début de notre leçon, Paul essayait tant de « faire obéir la foi » (Romains 1:5, Romains l6:26).